Abram Jones

Abram Jones est étudiant des cycles supérieurs au Département d’éducation à l’Université de Californie à Davis, où il mène des études sur l’acquisition du français langue étrangère (FLE) et où il enseigne le FLE depuis quatre ans. Il est président de l’Association des étudiants de cycles supérieurs (EdGSA) et secrétaire du Comité de conseil de direction des étudiants diplômés au sein de la l’Association pour la linguistique appliquée américaine (AAAL).

 

Résumé de la communication

Enseignement centré sur la forme (intégré et non-intégré) : une analyse qualitative des préférences des étudiants du français langue étrangère

Les langagiers qui s’intéressent à l’éducation se posent des questions sur la motivation estudiantine depuis longtemps. On a remarqué que les étudiants qui apprécient l’enseignement en profitent davantage. En effet, il existe une relation entre le plaisir et la motivation, qui peut se transformer en engagement.

L’un des moyens de promouvoir l’engagement est donc d’offrir un enseignement à la fois efficace et motivant. L’enseignement centré sur la forme s’applique dans les cours de langues étrangères qui adoptent un enseignement des langues par l’approche communicative (communicative language teaching). L’enseignement centré sur la forme s’avère efficace pour enseigner la morphologie qui porte sur l’accord grammatical en français.

Il existe deux formes d’enseignement centré sur la forme : intégré, où l’enseignant amène l’apprenant à se concentrer sur la forme linguistique en pleine exécution d’exercices communicatifs, et non-intégré, où la forme linguistique s’enseigne en dehors des exercices communicatifs.

Plusieurs chercheurs ont mené des études quantitatives sur l’enseignement centré sur la forme de type intégré ou de type non-intégré. Néanmoins, jusqu’ici, ces chercheurs n’ont pas examiné les préférences des étudiants par rapport à l’un ou à l’autre de ces enseignements d’un point de vue qualitatif.

Mon hypothèse est que de telles préférences pourraient contribuer à un engagement accru chez les apprenants.

Afin de recueillir des données, j’ai mené une étude expérimentale avec une douzaine d’étudiants universitaires de français langue étrangère qui avaient été sélectionnés à l’aide d’un sondage.

J’ai donné des leçons communicatives inspirées de l’enseignement centré sur la forme de type intégré et des leçons inspirées de l’enseignement centré sur la forme de type non-intégré. Après ces leçons, les étudiants m’ont fait part de leurs préférences lors d’entrevues.

L’analyse qui a suivi s’appuie à la fois sur des données qualitatives et quantitatives et porte sur la relation entre la préférence des étudiants pour l’enseignement centré sur la forme de type intégré et l’engagement chez les apprenants.